Projet Sigil

Cher visiteur,

Je ne sais pas très bien comment tu as pu échouer ici… J’ai même peine à croire qu’il ne s’agisse pas d’une erreur de navigation tant cet endroit est éloigné des grands courants qui parcourent Internet. Mais peu importe ! Tu es le bienvenu et je serai très heureux que tu acceptes de t’attarder un peu en ma compagnie. Avant de t’installer trop confortablement, jette tout de même un œil à ta montre. Le temps file et le perdre ici n’est peut-être pas très avisé car, je dois bien te l’avouer, tu ne trouveras sur ce site aucune information, aucun conseil, aucun savoir secret… Non, rien de tout cela. Quoi alors ?

Des récits d’aventures.

Des récits de jeux vidéo.

Ah ! L’aventure… voilà qui fait rêver n’est-ce pas ?! Le jeu vidéo n’en offre-t-il pas de merveilleuses ? Si…bien sûr que si ! Jouer, c’est franchir un portail vers un autre monde, vers une autre réalité, c’est partir explorer des terres inconnues… Le temps d’une partie, notre monde s’efface. Il y a tant à découvrir, tant à ressentir que lorsque le jeu s’achève, je voudrais qu’il occupe toutes mes conversations, qu’il m’inspire et habite mes rêves pour toujours… Seulement, le monde, nôtre monde, reprend ses droits et le quotidien me colle à la peau. Que reste-t-il de l’enfant que j’étais ? Que reste-t-il de ces jeux qui ont marqué mes jeunes années, façonné mon imaginaire et nourri mes rêves ? Le temps passe, les souvenirs s’érodent. Triste constat.

Pourtant, il est encore temps de rouvrir ces portes, encore temps d’en découvrir de nouvelles ! Alors pourquoi ne pas se lancer dans une dernière quête ? Rassembler des souvenirs épars, en forger de nouveaux, les graver dans une mémoire numérique inaltérable[1]… C’est ambitieux. Trop sans doute. C’est un voyage sans retour, un périple long et laborieux vers une destination incertaine mais c’est sans importance. Ce sera un beau voyage.

Jouer. Voyager. Rêver.

Sans doute faudrait-il même parler de « voyages », au pluriel, car chaque jeu est une aventure nouvelle et, pour moi, une inspiration nouvelle. Oh bien sûr, il y a les mauvais jeux…mais pourquoi en parler ici ?! Ils existent, le savoir me suffit et les dénoncer ne m’amuse plus. Concentrons plutôt notre attention sur cette inspiration. Elle est changeante, difficile à cerner, et paraît varier selon mon état d’esprit. Ainsi, en jeu, il m’arrive de n’être qu’un stratège, soucieux d’optimiser les trajectoires, de saisir – voir de manipuler – les mécaniques de jeu mais, parfois, le monde s’évanouit et ne restent plus alors que le jeu et mon avatar… l’aventure prend alors une tournure toute différente. Pas nécessairement plus intéressante ou plus personnelle, mais simplement différente.

De ces expériences, je tire des récits que je voudrais partager avec toi. Ils pourront être longs ou courts, prosaïques ou lyriques et tout le reste également. Libre à toi de choisir ceux qui te plaisent.

Je n’espère qu’une chose : qu’ils réveillent en toi quelques souvenirs enfouis qui te donnent envie de (re)vivre une belle aventure vidéoludique.

[1] Enfin en théorie, si l’on exclut les pertes, plantages, corruptions, virus, suppression, écrasement…

Où l’on franchit les portes