Katana ZERO

Katana ZERO, développé par Aksiisoft, est sorti le 18 avril 2019. Je lui ai consacré environ 6h30 entre le 17 et le 24 mai 2019.

Sept ans que la guerre contre les Cromags s’est terminée. La Nouvelle-Mecque, laissée exsangue par le conflit, n’en finit plus de panser ses plaies et de se reconstruire. La guerre et ses atrocités continuent de hanter les esprits. Des choses terribles ont eu lieu. On parle de massacres et de charnier, de drogues de combat et de soldats devenus fous…

La pègre a profité de ces temps difficiles pour prospérer. Le crime et la corruption gangrènent la société tandis que le gouvernement, affaibli, opprime les masses pour tenter de rétablir son autorité. Dans l’ombre, le Dragon continue de tuer.

Le Dragon. C’est la presse qui lui a choisi son surnom. C’est un assassin, un tueur fou, insaisissable, capable d’une violence inouïe. Ses macabres exploits sont relayés sans discontinuer par les journaux télévisuels, ceux qu’on regarde sans trop d’attention, le soir, en sirotant un petit thé.

Le Dragon. C’est peut-être nous. Mais rien n’est sûr. Pas de nom, un kimono défraîchi, un katana et une attirance pour les vieux films de samouraïs… ça ne suffit pas à faire de vous un tueur. Notez que faire couler le sang, ça ne gêne pas trop notre homme. Chaque nuit, les écouteurs dans les oreilles, il rend des visites de courtoisie et règle quelques sanglantes affaires. Mais ce n’est pas un massacreur à la petite semaine. C’est un professionnel. Il planifie, il exécute. C’est un travail à la commande et apparemment, c’est le seul qu’il sache faire. C’est un sale boulot. Il laisse des traces. C’est pour ça que Sans-Nom va voir un psy d’ailleurs. Sommeil agité. Cauchemars. Passé flou. La totale. Et rien n’est très clair. Le psy, ça aide. D’autant que c’est son commanditaire. Et son dealer. Parce que oui. Sans-Nom a besoin de sa piqûre. Problème, ses médicaments ne sont pas bon marché. Ils se paient en vies.

Dans Katana ZERO, les vies, on les prend sans trop y penser. Elles se soufflent aussi facilement que la flamme d’une bougie. Au début en tout cas. Parce que les problèmes ne tardent pas à arriver. Après les cauchemars, il y a les mauvais présages. Et la petite voisine, avec laquelle on se lie. Ce n’est qu’une fillette. Une faille dans la routine d’un tueur. Une bouée de sauvetage pour une âme en perdition. Une épée de Damoclès. Un espoir.

Il y aura des choix à faire. La drogue aidera. Mais au final, il faudra gérer les conséquences. C’est toujours le cas et on ne peut pas repousser indéfiniment l’heure des comptes.

Ce qui ressemble au scénario banal d’une série B se révèle vite diablement prenant. Pas besoin de faire dans l’original quand on sait ce qu’on fait. Katana ZERO le sait bien. Son pixel art est magnifique, son gameplay bien huilé. La narration est excellente. Véritablement excellente.

Expérience mémorable

2 Comments

  1. bofang
    9 juillet 2019
    Reply

    Je vais sûrement me laisser tenter sur la Switch, je pense aussi que la drogue aide à faire des choix,

    • Luremaster
      11 juillet 2019
      Reply

      Je ne sais pas très bien comment les choses se présentent sur Switch (sûrement très bien), mais sur PC, je recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *