L’Egypte ptolémaïque et au-delà… #5

La mort de Pharaon

261 avant Jésus-Christ

Les nobles sont mécontents. La campagne de Cyrénaïque piétine et, en dépit du lourd revers infligé aux troupes insurgées, Cyrène résiste toujours. En outre, une importante armée de Nasamons a surgi du désert et marche sur Paraitonion. Les Compagnons de Pharaon pourraient les intercepter au milieu des dunes mais cela me forcerait à combattre sur un terrain difficile. Je préfère me replier jusque dans la ville d’où je pourrais organiser une contre-attaque.

Iason et ses Serpents de Fer continuent leur traversée de l’Egypte tout en levant de nouvelles troupes.

260 avant Jésus-Christ

Triste nouvelle. Agapios est mort de causes naturelles. Sous son gouvernement, la Nabatée retrouvait lentement son calme. Qui pourra remplacer un administrateur aussi compétent ? Je choisis de nommer l’influent Tlépolème. Il ne m’est pas aussi fidèle que le défunt Agapios mais cet éloignement de la cour d’Alexandrie pour la province Nabatéenne sonnera comme un exil pour lui. Il reprend le commandement de l’unité de gardes royaux helléniques que dirigeait Agapios. Ils sauront s’assurer que leur nouveau chef ne soit pas tenté de regagner la capitale en catimini.

Contrairement à ce que je prévoyais, les Nasamons n’ont pas attaqué Paraitonion. Ils ont préféré occuper la route de l’Ouest et se retrancher derrière des fortifications de campagne. J’hésite à donner l’assaut. Les Nasamons sont abrités derrières de solides palissades et les tours de guets seront difficiles à prendre. J’hésite. Je ne pourrais pas rester indéfiniment les bras croisés car les Nasamons ne font que gagner du temps pour leurs alliés de Cyrène et les derniers rapports d’Aristotles m’apprennent qu’à Cyrène, une nouvelle campagne contre l’Egypte se prépare.

Je vais attendre un tour puis j’aviserai. Si les Nasamons ne bougent pas, il faudra donner l’assaut.

Plus au Sud, Les Serpents de Fer ont pénétré dans la région d’Ammonium. Je ne m’attends pas à rencontrer de la résistance dans ce secteur.

La recherche « liste dynastique » s’est terminée et je lance « réforme d’entraînement » qui diminuera le coût d’entretien de mes armées. Celles-ci commencent à me coûter cher. Sans attendre, je lance la construction d’un lycée à Alexandrie. Je souhaiterai également agrandir l’exploitation minière de Jérusalem mais cela se ferait au détriment de l’ordre public or celui-ci est en baisse depuis le décès d’Agapios. Il me faudra attendre, j’aurai pourtant bien besoin de revenus supplémentaires ! Je choisis d’étendre Pétra et d’y faire préparer une terre consacrée. La ferveur religieuse canalisera les emportements de la foule, l’ordre public s’en trouvera améliorer ainsi que le taux de conversion culturelle.

Mon champion, toujours chargé de maintenir la discipline dans l’armée de Ptolémée, gagne un niveau et apprend « art de la guerre ». Prochoros gagne « artisan ».

Enfin, Cyrène vient quémander une fois encore la paix. Une fois encore je refuse.

259 avant Jésus-Christ

Les Nasamons n’ont pas bougé. A contre cœur, je fais donner l’assaut de leur camp fortifié par les Compagnons de Pharaons. C’est un désastre. L’ennemi m’inflige une défaite honteuse, Ptolémée trouve la mort au combat et les restes de ses troupes peinent à se rassembler. Dans l’urgence, je nomme à leur tête un membre de la famille, Elatos. Il rejoint ce qui reste des Compagnons de Pharaons (environs 800 hommes sur les 2600 que comptaient le contingent) en compagnie de mercenaire (et notamment des éléphants d’Afrique) dans une tentative désespérée de barrer la route de Paraitonion aux envahisseurs.

Plus au Sud, les Serpents de Fer s’emparent d’Ammonium sans difficultés. J’ai la surprise d’y découvrir une caserne d’holosideros. C’est parfait, elle me permettra de reconstituer mes troupes au plus près du front. Lorsque la Cyrénaïque sera soumise, il sera bien temps de remplacer ce bâtiment par un autre, économiquement plus intéressant.

Cette victoire facile permet à Isaon (qui, par ailleurs, est le nouveau Pharaon d’Egypte) de faire ses premières armes et d’apprendre « commandement » en gagnant un niveau.

Anastasia apprend « philosophie » ce qui facilitera encore la conversion culturelle.

Bientôt, et comme je le craignais, les Nasamons attaquent par surprise les Compagnons de Pharaons alors que ceux-ci tentent de se rassembler. Trop sûrs d’eux, les Nasamons ne prennent pas la peine de profiter de leur avantage et se ruent à l’assaut. Je leur arrache une victoire héroïque, sauvant ainsi le reste de mon armée. Elatos, à la tête des gardes royaux helléniques a largement prouvé sa valeur en ce jour ! J’ordonne la mise à mort de tous les captifs. Les Nasamons ont tué Ptolémée et il n’y aura pas de pardon pour cela.

Toutefois, les réjouissances sont de courte durée car déjà mon réseau d’espion m’informe qu’une nouvelle armée Nasamons marche dans ma direction. La campagne de Cyrénaïque s’enlise de plus en plus.

258 avant Jésus-Christ

Elatos passe au niveau supérieur et gagne le trait « guerrier » tandis que de nombreux conseiller viennent rejoindre sa suite, attirés par son aura de commandant victorieux.

Les quelques survivants Nasamons, en déroute, tentent de traverser le désert pour rallier leurs terres.

Je replie Les Compagnons de Pharaon, maintenant entièrement dévoués à Elatos, jusque Paraitonion où je compte reformer les rangs. Je commence par recruter des piquiers (encore) et de la cavalerie. Je dois gagner du temps pour reconstituer mes troupes car déjà une armée Nasamons traverse le désert à marche forcée en direction de Paraitonion.

A Pétra, je fais bâtir sur la terre consacrée un autel d’Horus. Il accroît notamment les revenus de l’industrie et il devrait donc me garantir que les mines de fer de Jérusalem me rapportent un maximum de drachmes. Par ailleurs, l’ordre public en Nabatée commence à se rétablir. La population reste inquiète mais si rien ne vient menacer les efforts d’Anastasia et Tlépolème, les choses devraient sensiblement s’améliorer d’ici quelques temps.

Un groupe de nobles me confie pour mission de lever une nouvelle armée pour défendre Ammonium. Je m’y refuse. La défense du secteur est déjà assurée par les Compagnons de Pharaon au Nord et les Serpents de Fer au Sud.

257 avant Jésus-Christ

J’apprends avec grand intérêt que la guerre fait rage dans le Sud de l’Egypte. Aksoum semble avoir soumis Méroé et je gage que les rapports entre Aksoum et les Blemmyes vont aller en se dégradant. Voilà une situation dont il faut profiter. Je ne peux pas permettre à Aksoum de prendre le contrôle de toute la province, il faut absolument que je joue sur les dissensions des tribus du Sud. Il n’était pas dans mes intentions d’ouvrir un second front avant d’en avoir terminé avec la campagne de Cyrénaïque mais la situation va m’y pousser.

Je décide donc de la levée d’une nouvelle force à Dispolis. Elle sera dirigée par le noble Autokylos dont je confie la garde à un groupe de bretteurs royaux galates.

Une prêtresse récemment arrivée à la capitale me prédit le succès. Je remercie les dieux par le sacrifice d’un mouton blanc.

Elatos recrute une nouvelle unité mercenaire d’éléphants (la précédente a péri dans la dernière bataille. J’use toujours des éléphants mercenaires comme des unités sacrifiables. Le coût de leur entretien est prohibitif) et quitte Paraitonion pour lancer une attaque éclaire sur les forces des Nasamons. La surprise est totale, les tribus du désert tombent dans mon embuscade et se font massacrer.

Pris en tenaille, les Nasamons n’ont d’autre choix que de se jeter sur les rangs serrés de mes piquiers tandis que ma cavalerie et les éléphants sèment le chaos sur leurs arrières. Leur armée, en déroute, entame sa retraite vers Augila, à la suite de la première. Les Compagnons de Pharaon pourraient se lancer à leur poursuite mais je préfère les replier dans Paraitonion car l’ordre public souffre beaucoup de ces multiples affrontements. En outre, Iason et les Serpents de Fer ont pris la route du désert, en direction de l’Ouest et des terres des Nasamons. Peut-être parviendront-t-ils à couper la route des armées en déroutes avant de menacer la ville d’Augila. Voilà qui devrait mettre un terme aux raids de ces sauvages.

Les Nasamons tentent de négocier la paix avec l’Egypte. Je refuse. On ne peut espérer s’attaquer au royaume des Ptolémée sans en subir les conséquences.

Elatos gagne encore en expérience et je lui confère le trait « soldat ».

Les « réformes d’entrainement » sont maintenant adoptées et je lance la recherche de nouvelles « institutions légales ». Une meilleure administration optimisera les ressources fiscales tout en réduisant la corruption des fonctionnaires.

Avant la fin de l’année, les troupes de Cyrène se remettent en mouvement. Ce n’est pas une surprise, Aristotles m’en avait averti. Leurs hommes prennent la direction d’Ammonium, laissée sans défense depuis le départ de Iason. Il n’y aura pas de retour en arrière cette fois. Les Compagnons de Ptolémée devront faire au mieux pour organiser les défenses de Paraitonion et d’Ammonium.

Enfin, une ambassade de Nabatée me propose de nous accorder mutuellement un accès militaire. N’ayant pas de raison de refuser, j’accepte (en outre, je ne veux pas froisser mon nouvel allié).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *