A propos

Projet Sigil - Logo

Matériaux anormaux

Projet Sigil. Drôle de nom, c’est vrai. Mais c’est sans importance pour l’instant. Après tout, ce n’est qu’un projet et il faut bien commencer. Tant pis pour les incertitudes !

Ecrire, écrire pour raconter les jeux vidéo qui m’ont fait voyager, raconter ces aventures et ces rêves qui m’ont fait grandir… les préserver du temps qui passe… Dix ans qu’elle me trotte dans la tête cette idée !

Pendant des années, je me suis contenté de griffonner quelques notes ici ou là… c’était bien suffisant pour rêver un peu. Et puis la vie est venue tout bousculer.

Conséquences imprévues

Le temps a filé. Ma fille est née, puis mon fils… Les occasions de jouer sont devenues moins nombreuses et le besoin de garder une trace des heures englouties s’est fait plus pressant. Les jeux se succèdent et les souvenirs se fanent.

Bien sûr, j’espère le jour où mes enfants et moi traverserons ensemble les mondes virtuels, à la recherche de ces aventures qui façonnent l’imagination et nourrissent les songes, mais le jour venu, peut-être préféreront-ils emprunter une autre voie que la mienne.

Que restera-t-il alors, de ces aventures solitaires qui m’ont tant ému ? Rien, sinon quelques notes éparses et des fragments de récits perdus au fond d’un disque dur. Triste sort pour tant d’heures passées, les yeux rivés à l’écran, l’esprit dans un ailleurs lointain.

Complexe administratif

Alors j’ai choisi de poursuivre mes efforts. Collecter des souvenirs, les faire revivre, les mettre en forme, les partager… Ce n’est pas le projet d’un testeur ou d’un influenceur mais celui d’un conteur et d’un archiviste.

Le temps manque, l’écriture est un travail long et laborieux, et pour tout dire, Projet Sigil n’en est pas à sa première itération ! Il m’aura fallu des années de réflexions, d’essais et d’échecs pour seulement parvenir à déterminer la forme que je souhaitais lui donner.

Enfin… je ne suis ni pressé, ni assidu, mais il faut bien choisir un cap.

Sur un rail

Projet Sigil va s’articuler autour de trois catégories principales : Jouer, Voyager et Rêver.

Oui, oui, je sais ! C’est nul. Bah ! J’aime bien, en dépit du bon sens, et ça me semble être une justification suffisante.

Jouer : des textes courts, destinés à introduire au lecteur les jeux qui m’occupent ou qui m’encombrent, comme une incitation à y (re)plonger.

Voyager : des histoires, au moins leur squelette, des jeux qui m’ont fait voyager. Plus qu’un résumé, moins qu’un récit. Juste de quoi s’émouvoir et raviver de vieux souvenirs.

Rêver : des fragments de vie, la mienne un peu et surtout celle des personnages qui m’ont fait vivre de grands moments !

Oubliez Freeman

Quel que soit les changements qui surviendront, l’essentiel restera ici de faire le récit de jeux vidéo, de raviver des souvenirs enfouis et de partager de nouvelles aventures, pour mon plaisir et, peut-être, le tien. C’est tout l’objet de Projet Sigil.

Eh bien, je crois que c’est assez. Inutile d’en rajouter. C’est déjà trop long, trop maladroit. Pour tout le reste, il y a le formulaire de contact ! N’hésite pas.

A bientôt,

Lure